Attention

Tous nos bureaux seront fermés du 27 au 29 septembre inclus

Coche verte

Aller au contenu. | Aller à la navigation

Navigation

Navigation
Menu de navigation
Table des matières
Actions sur le document

La route se partage

Gaffe aux motos

AWSR Moto 355x235H  FR

Dans 53 % des accidents impliquant un motard et un autre usager de la route, l’autre usager n’a pas vu le motard. Les motocyclistes étant des usagers faibles qui ne sont pas protégés par une carrosserie, les conséquences de ces accidents sont souvent dramatiques : la gravité des accidents de motards est en effet deux fois plus importante que celle des automobilistes.

Alors, soyons attentifs aux motards! Ils nous en seront reconnaissants et quand ils lèvent le pied, c’est pour nous remercier!

L'AWSR nous dispense quelques bons conseils pour la sécurité de tous.

Poids lourds, attention aux angles-morts

AWSR-Campagne-Anglesmorts1En 2014, près de 40 personnes ont perdu la vie dans un accident impliquant un  poids lourd en Wallonie. 65% des victimes étaient des occupants de voiture. L’Agence wallonne pour la Sécurité routière a donc décidé de lancer une campagne de sensibilisation pour inciter automobilistes et chauffeurs de poids lourds à partager la route en toute sécurité et convivialité !

La cohabitation, pas toujours évidente, entre conducteurs de voiture et de poids lourds est due notamment au manque de connaissance et aux nombreux préjugés des uns et des autres. De plus, les conditions de circulation parfois difficiles ne rendent pas les choses aisées.

Le saviez-vous ?

On observe 4 zones principales d’angle mort :

  • sur le flanc droit du poids lourd,
  • sur le flanc gauche (au-delà de la zone couverte par le rétroviseur grand-angle),
  • à l’arrière du camion
  • à l’avant du camion où plusieurs zones sont aussi impossibles à voir à cause des montants du pare-brise du camion.

L’importance de chacune de ces zones dépend du type, de la marque et du modèle exact du véhicule.

AWSR-CampagneAnglesmorts2

Il convient donc d’être vigilant lorsqu’on se retrouve dans ces zones car le chauffeur du poids lourd ne voit pas forcément les véhicules ou usagers qui s’y trouvent à l’aide d’une observation directe ou de ses rétroviseurs.

Conseils et astuces

  • Respectez la distance de sécurité que le camion maintient avec le véhicule qui le précède, en évitant de vous intercaler devant lui de manière inattendue. Pour info, 50 mètres entre les camions = distance de sécurité à respecter pour garantir une bonne sécurité sur nos routes. Pour un camion qui roule à 90 km/h, 50 m se font en 2 secondes >> gardez davantage de distance si c’est possible ! Essayez de compter au moins « 2 crocodiles ».
  • Tentez de toujours avoir un contact visuel avec les autres usagers de la route.
  • Faites très attention si vous vous intercalez devant un camion, surtout si vous le faites via la droite en montant sur l’autoroute par exemple car vous êtes en plein angle mort, le chauffeur risque de ne pas vous voir !
  • Sur l’autoroute, si vous devez sortir, veillez à ne pas effectuer cette manœuvre en dernière minute et évitez ainsi de couper la route au véhicule (camion ou autre) se trouvant sur la bande de droite.
  • Adaptez toujours votre conduite au trafic, aux conditions atmosphériques, aux travaux, à l’état de la route.

Pour en savoir plus, consultez le site de la campagne de sécurité routière.

Laissez-vous gagner par la courtoisie

Le code de la route impose les règles de conduite mais le bon sens, le civisme et la courtoisie sont tout aussi nécessaires pour que les interactions entre usagers se passent au mieux et ainsi éviter bon nombre d’accidents.

Un comportement incivique parfois involontaire ou dû à la distraction peut être interprété comme agressif et déclencher une chaîne d’événements qui risquent de créer un climat plus stressant et donc plus dangereux. Un simple geste d’excuse ou de remerciement peut permettre de désamorcer la situation et encouragera par ailleurs à être plus respectueux à son tour. Même sur la route, nous pouvons échanger de façon positive avec des inconnus et ainsi profiter des bienfaits de la courtoisie.

Par ailleurs, la courtoisie au volant encourage à être plus respectueux à son tour, entraînant ainsi une « contagion » de gestes positifs, comme le prouvent les résultats de la dernière enquête de l’AWSR. En effet, 84% des personnes interrogées disent que si quelqu’un les laisse passer dans un embouteillage, ça leur donne envie de faire pareil pour un autre usager et ¾ se sentent valorisés lorsqu’un piéton les remercie de le laisser traverser.

Les 10 commandements de la courtoisie 

  1. J’utilise mes clignotants pour marquer un changement de direction (changement de bande, sortie d’un rond-point, stationnement, etc.)
  2. Je ne me rabats pas trop vite devant le véhicule que je viens de dépasser (pas de queue de poisson).
  3. Je ne squatte pas la bande du milieu sur l’autoroute.
  4. Je ne me gare pas sur les places de stationnement pour les moins valides ni sur les trottoirs et pistes cyclables.
  5. Je n’utilise pas l’appel de phare ni le klaxon de manière intempestive et sans raison valable.
  6. Je ne colle pas le véhicule qui me précède, je garde une distance de sécurité suffisante.
  7. Je coupe mes feux de route lorsque je croise un automobiliste qui vient en face pour ne pas l’éblouir.
  8. Je cède le passage avec le sourire et remercie d’un geste courtois lorsqu’on me cède le passage.
  9. Je respecte les autres usagers de la route, qu’ils soient derrière un volant, un guidon, à pieds ou en vélo.
  10. Je reste calme au volant, surtout dans les situations à risque.

La tirette – un principe de courtoisie

Sur la route, le principe de « la tirette » consiste à s’insérer en alternance lorsqu’une bande de circulation est interrompue, par exemple lors de travaux. Le conducteur doit continuer sur sa bande jusqu’au rétrécissement pour ensuite s’intercaler sur la bande contigüe. Les conducteurs se trouvant sur celle-ci doivent laisser tout à tour un véhicule s’insérer. Ce principe de courtoisie, qui présente un avantage pour la régulation du trafic, est inscrit dans la loi depuis mars 2014. Cependant, il n’aura pas fallu attendre qu’on légifère sur le sujet pour que les plus courtois d’entre nous adhèrent naturellement à ce principe.

Tirette (c) Infographie-LeSoir

Pour plus d'informations, visitez le site de la campagne de l'AWSR.

Soyez attentifs aux piétons

AWSR-CampagnePiétons1En 2016, on comptait sur les routes wallonnes près de 1.400 accidents impliquant au moins un piéton, soit près de 4 par jour. 30 piétons ont perdu la vie dans ces accidents dont 56% pendant la période s’étalant d’octobre à mars.

Accidents avec Piétons entre 2014 et 2016

Sans surprise, la quasi totalité des accidents mortels de piétons ont lieu en agglomération et la plupart d’entre eux (69%) surviennent alors que le piéton se trouve à un endroit non-protégé:

  • 19% des piétons tués marchaient sur la chaussée,
  • 18% traversaient à côté d’un passage pour piéton,
  • 18 % traversaient hors passage (mais sans qu’il y en ait un à moins de 30m)
  • et 10% se trouvaient sur la chaussée (travail, jeu ou immobile).

Ces chiffres montrent que les piétons ont tout intérêt à utiliser les endroits sécurisés pour traverser.

Il faut cependant souligner qu’un tiers des piétons tués se trouvaient sur un endroit sécurisé (trottoir, piste cyclable séparée, passage pour piéton).

Il est donc essentiel de toujours faire attention, même quand on a la priorité…

Quelques conseils pour les piétons et en particulier , pour nos seniors*.

Piétons visiblesIl ne faut pas nécessairement arrivé à la situation illustrée ci-contre ! Pour être vu, il suffit de :

Chercher un contact visuel avec le conducteur et lui indiquer ses intentions. Même quand vous avez priorité, le conducteur peut ne pas vous avoir vu.
Traverser à un endroit dégagé. Si vous êtes masqué par un obstacle (bus, voitures stationnées), arrêtez-vous à la limite et vérifiez qu’il n’y a pas de véhicule en approche avant de continuer la traversée.
Faire quelques mètres en plus pour traverser à un endroit sécurisé.
Ne pas prendre de risque. Même à 50 km/h, une voiture a besoin de 26 m pour s’arrêter, soit la longueur d’une piscine !
Porter des vêtements clairs ou des accessoires rétro- réfléchissants quand il fait sombre. On vous verra à 150 m, l’équivalent d’un terrain de foot et demi, contre 20 m avec des vêtements sombres !

*Parmi les 1.400 victimes d’accidents de piétons enregistrées en 2016, 55% étaient en effet âgées de 65 ans ou plus.

Conseils aux conducteurs

  • Soyez attentifs à la présence de piétons, surtout en agglomération et à hauteur des passages pour piétons.
  • Faites attention lorsque vous sortez de votre allée ou d’un parking.
  • Évitez de vous engager sur un passage pour piétons si vous risquez d’y rester immobilisés, en cas d’embouteillage par exemple.
  • Si des piétons circulent le long de la chaussée, laissez un espace libre de 1 m en passant à leur hauteur.
  • Ne dépassez pas à hauteur d’un passage pour piétons, c’est interdit et dangereux. Un piéton est peut-être masqué par le véhicule que vous voulez dépasser.
  • Laissez les trottoirs libres pour les piétons (ne vous garez pas dessus).

Piétons, attention!

Malgré leur extrême vulnérabilité par rapport aux usagers motorisés, certains piétons n’hésitent pas à prendre des risques sur la route… L’AWSR a réalisé une enquête auprès de 1.000 Wallons, les résultats montrent qu’ils ne respectent pas toujours le code de la route.

  • Plus de la moitié des piétons (56%) traverse parfois au rouge ;
  • 8 piétons sur 10 traversent parfois en dehors d’un passage pour piétons (alors qu’il y en a un à moins de 30 m) ;
  • 3 sur 10 traversent parfois la rue sans regarder ;
  • 1/3 des piétons a déjà traversé la rue en manipulant son GSM/smartphone, 1/4 en écoutant de la musique et 4 sur 10 en téléphonant