top of page

Le commissaire Dobby arrive au sein de la Zone de Police

Dobby est la nouvelle recrue de la zone de police de Jemeppe-sur-Sambre: ce Jack Russel est un chien de soutien émotionnel. Il aura un rôle essentiel dans le cadre de l'aide aux victimes. 


Dobby est un chien de soutien émotionnel, il vient d’intégrer la zone de police de Jemeppe-sur-Sambre. Ce petit Jack Russell de 3 ans et demi est gentil, empathique, très sensible et va facilement vers les gens. « Il colle pas mal à son travail, parce qu’il a déjà été abandonné et il a des marques de brûlures. Il n’a pas toujours eu une vie facile », explique l’assistante sociale qui travaille dans le cadre du service d’aide aux victimes, au sein de la zone de police. 


Apporter un animal pour le soutien émotionnel est une pratique qui commence à se répandre au sein de la police intégrée. Plusieurs zones disposent d’un tel chien, notamment à Bruxelles.


Les membres de la police concernés suivent une formation en médiation animale sur les techniques thérapeutiques à mettre en place avec l’animal comme facilitateur. La présence d’un chien permet bien souvent d’humaniser les situations et de faciliter le contact avec les victimes.


Le chien sera alors utilisé comme un outil thérapeutique. Il sera présent lors des auditions et permettra d’établir des liens de confiance, rassurer les victimes et aider dans la gestion et l’expression des émotions.


Pour plusieurs personnes, ce contact avec le chien peut être d’une grande aide. « La simple présence d’un animal qui va humaniser la relation permet notamment à la fréquence cardiaque et à la tension artérielle de baisser : c’est prouvé scientifiquement », précise l’assistante sociale.


La présence d’un chien est importante pour les adultes, mais également pour les enfants. Dobby permettra aux enfants d’être rassurés et de s’occuper dans les moments d’attente. Une promenade permettra à l’enfant de sortir du cadre de bureau de police, ce qui facilitera le dialogue. S’il faut changer les idées de l’enfant ou le rassurer, il pourra faire suivre un parcours au chien ou lui donner des ordres, ce qui facilite la mise en confiance.


Dobby commence tout doucement : des tests ont évidemment été réalisés pour observer les réactions du chien. Les retours ont été très positifs : pour le Jack Russell, la première mission est réussie. Il faut un animal sociable qui inspire confiance, qui n’est pas trop agressif, ni trop nerveux et qui n’effraie pas les victimes. « On aurait pu choisir un autre animal, on aurait pu prendre un chat, un lapin, ou même des poules mais je pense que le chien est plus fédérateur, c’est plus courant », conclut l’assistante sociale.

Comments


Commenting has been turned off.
bottom of page