top of page

Une aide psychologique de 1re ligne pour les citoyens en souffrance

Psychologue clinicienne, Marie-Grâce Dubasin reçoit chaque jeudi au sein de la salle de réunion du CPAS. Le but est d’amener une aide psychologique de première ligne qui soit accessible aux citoyens qui éprouvent des difficultés.

Les crises successives que nous traversons depuis près de trois ans ont sérieusement entamé le moral de beaucoup de personnes.


Dans un contexte morose ou angoissant, la santé mentale vacille.


Ce mal-être, il faut le traiter. Bien conscient de l’urgence en la matière, l’INAMI permet des remboursements pour les soins psychologiques auprès de psychologues conventionnés. Sur Namur, ce projet s’appelle « Psynam ».


C’est dans ce cadre que depuis le mois de septembre, Marie-Grâce Dubasin, psychologue clinicienne, reçoit chaque jeudi, dans la salle de réunion du CPAS de Jemeppe, des personnes qui souhaitent obtenir un soutien psychologique de première ligne.


La première séance est entièrement gratuite”, explique la psychologue qui ajoute que les séances sont ouvertes à toutes et tous, quel que soit l’âge. “Les suivantes coûtent 11€ et pour les BIM, le coût est de 4€. C’est ouvert aux gens qui en ont le plus besoin et pas seulement financièrement. C’est aussi le cas pour les personnes qui ont des difficultés pour se déplacer. On essaie de couvrir tout le territoire. Le but est vraiment de permettre un bon remboursement des soins afin de rendre l’accompagnement psychologique plus accessible aux patients.


Lorsque vous m’appelez, on discute ensemble de la problématique. En général, je propose un premier rendez-vous afin d’évaluer la demande. Ce sont vraiment des démarches d’aides précoces et préventives.


La particularité de cette intervention de 1re ligne est qu’elle est limitée dans le temps et dans ses objectifs (entre autres l’évaluation diagnostique des problèmes présents, le renforcement du patient (traitement orienté solution, psychoéducation, promotion de l’autonomie,…) et l’orientation en cas de problématiques complexes. Là, il s’agit d’une intervention qui s’adresse aux personnes ayant besoin de soins spécialisés, d’une intensité supérieur sur le moyen/long terme.


S’il faut une démarche plus spécialisée, je peux réorienter la personne qui vient me voir en fonction de la complexité”, résume Marie-Grâce Dubasin. "Jusqu'à présent je n'ai pas dû réorienter parce que j'ai plusieurs spécialisations. Je suis spécialiste en addiction en psychiatrie générale (dépressions, psychoses, remises en question, etc.) le burnout professionnel ou parental, l’épuisement, les troubles liés à l’adolescence ou l’enfance. Donc, le panel est assez large. Evidemment, si vous venez avec des troubles alimentaires, là, ce n’est pas ma spécialisation et donc, au début on va en discuter avec la personne afin de la réorienter correctement.


En cas de grosses difficultés de déplacement de la personne demandeuse, la psy peut également consulter à domicile. “Via une collaboration psychologues ou psychiatres de la région, on peut également mettre en place des groupes de travail avec des psychologues ou psychiatres de la région, si certaines institutions sont demandeuses… Par exemple, dans le cadre de la désinsertion sociale, un sujet très important, on pourrait créer des groupes de paroles et de travail, relatifs à l’affirmation de soi et à l’image de soi…”!


Pour la prise de rendez-vous, vous pouvez vous adresser directement à Mme Dubasin au 0495/47.14.94 (mail: mg.dubasin@gmail.com)

Comments


bottom of page